Publicidad

LES ÉTATS-UNIS AUGMENTENT L'ENVOI DE GAZ VERS L'UE DE 68 % POUR RÉDUIRE LA DÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE DE LA RUSSIE

 Augmentation de la livraison de gaz pour réduire la dépendance à l'énergie












La visite européenne du président américain Joe Biden a déjà sa promesse tangible sous la forme de combustibles fossiles. Washington s'est engagé à faire un bond massif dans ses expéditions de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l'UE pour accélérer la fermeture du robinet russe. Le gouvernement américain et l'exécutif communautaire ont conclu un accord pour augmenter l'approvisionnement annuel de ce carburant aux partenaires communautaires de 15 000 millions de mètres cubes. Le bond représente 68% de plus par rapport à 2021, mais c'est un montant qui est encore loin de pouvoir compenser les importations russes de gaz naturel, quelque 155.000 millions de mètres cubes par an. Le pacte ne couvre donc que 10%

La promesse a été officialisée ce vendredi, comme point culminant d'une semaine au cours de laquelle la capitale des institutions européennes a accueilli les sommets de l'OTAN, du G-7 et du Conseil européen - ce dernier étant toujours en cours. Lors d'une apparition conjointe, le président américain, Joe Biden, et l'exécutive communautaire, Ursula von der Leyen, ont célébré le renouement des liens entre les deux rives de l'océan Atlantique face à la menace de Moscou. "Dans un monde confronté au désordre, notre unité transatlantique défend les valeurs et les normes fondamentales auxquelles nos citoyens croient", a souligné Von der Leyen.

Madame la Présidente, je sais que retirer le gaz de la Russie aura des coûts pour l'UE », a ajouté Biden devant les micros. « Mais ce n'est pas seulement la bonne action à prendre d'un point de vue moral. [Cela va aussi] nous placer dans une meilleure position stratégique. » L'objectif final, comme ils l'ont expliqué, est d'atteindre un approvisionnement pouvant atteindre 50 000 millions de mètres cubes en 2030.

















L'accord avec Biden s'inscrit dans le cadre de l'engagement de l'Union européenne d'essayer de réduire de deux tiers la dépendance au gaz russe avant la fin de l'année. C'est-à-dire passer de plus de 150 000 à 50 000 millions de mètres cubes. Pour cela, il négocie déjà avec de nouveaux fournisseurs tels que les États-Unis eux-mêmes, le Qatar et la Norvège. La semaine dernière, le ministre allemand de l'Economie et du Climat, Robert Habeck, s'est rendu au Qatar et aux Emirats Arabes Unis pour chercher des alternatives rapides à l'approvisionnement en gaz russe, mais aussi pour favoriser au plus vite le développement des énergies renouvelables comme l'hydrogène vert.

L'Allemagne, pays qui importe 55 % de son gaz naturel et environ un tiers de son pétrole de Russie, appuie sur l'accélérateur pour tenter de réduire au plus vite sa dépendance. Habeck a assuré ce vendredi que les achats de pétrole russe seront divisés par deux au milieu de cette année et seront pratiquement anecdotiques avant la fin de 2022. Avec le gaz, le processus sera plus lent car il est beaucoup plus difficile de compenser la fermeture de l'usine russe. gazoducs. L'Allemagne sera "largement indépendante d'ici la mi-2024", a ajouté le politicien des Verts lors d'une conférence de presse à Berlin.






















 

Publicar un comentario

0 Comentarios